RÉSUMÉ DU COMITÉ TECHNIQUE CENTRAL DU 04 MAI 2020

Image

RÉSUMÉ DU COMITÉ TECHNIQUE CENTRAL DU 4 MAI 2020

 


Si des avancées ont été obtenues et actées, l’exigence et la vigilance de la CGT, face à la reprise d’activité prématurée et potentiellement dangereuse restent entières !

Aucun congé ni RTT ne sera supprimé ! La maire de Paris n’appliquera pas l’ordonnance « scélérate » qui visait à supprimer 10 jours de congés/RTT aux agents de la Fonction Publique !

Les ASA pour garde d’enfants seront prolongées jusqu’au 2 juin !

L’Attribution d’une indemnité de 10 euros par jour/repas pour tous les agents mobilisés !

La CGT demande que cette indemnité ainsi que « la prime de 35 euros » qui ont vocation à être suspendus dès la fin du confinement, soient maintenues jusqu’à la fin de l’épidémie Covid-19 !

Reconnaissance de la mobilisation des agents en télétravail, une indemnité indemnitaire sera soumise au Conseil de Paris ! Cette prime sera laissée à l’appréciation des chefs de services d’où un risque potentiel de « prime à la tête du client » !

La CGT revendique que cette prime soit attribuée à tous les agents mobilisés en télétravail jusqu’à une reprise normale !

Si La CGT se satisfait de ces avancées, elle maintient ses revendications et réaffirme que la reconnaissance des agents de la fonction publique territoriale, ne peut pas être qu’éphémère !! Si une prime permet aux agents, aujourd’hui « encensés », mais toujours mal payés, non reconnus, trop souvent méprisés, jamais entendus dans leurs revendications légitimes, momentanément de bénéficier d’un « petit plus » sur leur pouvoir d’achat, cela n’est pas suffisant au regard de la perte engendrer depuis 2010 par le gel du point d’indice !

La CGT porte des revendications sur le plan national, notamment celle du dégel du point d’indice ! La CGT porte également des revendications au niveau de la ville (conditions de travail, déroulement de carrière, effectifs, remunicipalisation des services externalisés, ratio à 100%, égalité salariale …). C’est pourquoi la CGT réitère sa demande d’une audience auprès de la Maire de Paris, afin d’ouvrir des négociations sur une reconnaissance pérenne des agents de la ville de Paris.


Ce comité technique central portait, notamment, sur « les mesures à mettre en œuvre par les directions pour la reprise de l’activité ».


La CGT a rappelé, compte tenu de la situation sanitaire et de l’impossibilité de mettre en place des mesures de distanciation sociale, notamment, dans les transports en commun, que la décision politique prise par Macron dont l’objectif est celui de la seule reprise économique, s’affranchissant de l’avis du Conseil Scientifique, est d’une part prématurée et peut d’autre part s’avérer très dangereuse, tant pour les agents que pour les usagers.

La CGT rappelle également, qu’en tant qu’employeur, la Maire de Paris engage sa responsabilité juridique en cas de manquement à son devoir de protection vis-à-vis des personnels comme de celle des usagers.

La CGT exige, de sa part, une assurance sans faille de la garantie de protection individuelle et collective pour l’ensemble des agents et des usagers dans le cadre d’un élargissement qui ne peut être que très progressif des missions essentielles des services publics parisiens.

La CGT a déposé plusieurs amendements afin d’améliorer les droits des agents dans cette période de crise sanitaire :

- Pour tous les agents placés en télétravail pendant et après la période dite de confinement, leur temps de travail sera forfaitisé à 7h48 et ce jusqu’à la fin de la période d’épidémie Covid-19. »

Validé par toutes les OS mais rejeté par l’administration !

- Tous les agents mobilisés depuis le 17 mars 2020 et tous ceux qui le seront à compter du 11 mai 2020 bénéficieront de l’indemnité repas prévue par le décret 2020-404 du 7 avril 2020 »

Validé par toutes les OS mais rejeté par l’administration !

- La reprise d’accueil des enfants étant soumise, aussi, au volontariat des parents, les agents faisant le choix de continuer à assurer eux même la garde de leurs enfants seront placés en ASA »

Validé par les OS mais rejeté par l’administration, qui propose de reporter la possibilité d’ASA

pour garde d’enfants au 2 juin !

- De fait, le décompte du temps de travail continuera à être effectué selon une base forfaitaire à 7h à 7h48 ».

Validé par toutes mais rejeté par l’administration !

- Les transports en commun étant un lieu à haut risque de contamination et compte tenu de la nécessité de limiter la propagation du virus, les agents contraint à un temps de transport égal ou supérieur à 1 heure pour se rendre sur leur lieu de travail seront placés en ASA jusqu’à la fin de la période d’épidémie Covid-19 ».

Validé par tous les OS mais rejeté par l’administration !

- Les agents qui reprendront leur travail à partir du 11 mai, bénéficieront de leur rémunération habituelle ainsi que de la prime « mobilisation » jusqu’à la fin de la période d’épidémie Covid-19 »

Validé par toutes les OS mais rejeté par l’administration !

 

 

Lien sur fichier en PDF: 
 

Mis en ligne le 26 mai 2020  |  Dernière mise a jour 26 mai 2020